Forum RPG sur la série The Walking Dead
 
Votre forum, The MAD Project, ferme malheureusement ses portes !

Partagez|

Day X - A One Way for Hell [PV Daryl Dixon]

L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
avatar
Jane Raikes
Membre du Groupe
Membre du Groupe
Avatar : Female Military
Messages : 168

Niveau de Survie : 4
Points d'Expérience : 94
Points RPG : 14
Date d'inscription : 22/12/2016
http://twd-themadproject.forumactif.com/t309-journal-intime-de-j http://twd-themadproject.forumactif.com/t310-liens-de-jane-raikes

Expérience de Survie
Fiche de Personnage:
MessageSujet: Day X - A One Way for Hell [PV Daryl Dixon] Dim 26 Mar - 13:45

A One Way for Hell

Jane Raikes & Daryl Dixon

Il y eut un étrange moment de calme dans l'altercation entre moi, Dixon et Walsh, un instant de déconnexion dans cette rixe alors que les deux hommes étaient quasiment prêts à en venir aux mains et à en découdre. Mon regard fixa celui qui tenait l'arbalète d'en dessous de mon casque et j'avais l'impression d'avoir été prise dans une distorsion temporelle, où le temps s'écoulait d'une façon lente et traînante, me laissant tout le loisir d'observer ce qui se passait. Dixon... Je crois que je connaissais ce mec, j'avais certainement déjà servi avec lui. Profitant de ce moment de paix, je me mis à puiser dans mes souvenirs afin de faire remonter l'homme que je connaissais...

C'était déjà quelques années avant le début de tout ce merdier, lorsque le monde tournait encore rond. Enfin tournait rond... C'était une bien grande expression. En réalité, le monde n'a jamais vraiment tourné rond, le merdier dans lequel nous étions était juste... bien différent. Notre bon président avait cru bon d'engager son bras armé de Dieu, c'est à dire nous autres les GI dans sa sacro-sainte guerre contre ce putain de terrorisme, notamment après ce qui s'était passé le 11 septembre. Bien entendu, je me suis retrouvé au milieu de tout ça, à affronter un ennemi que l'on nous présentait comme sanguinaire et cruel mais qu'au final je ne connaissais pas grand chose. Et en réalité... j'en avais rien à foutre. Lorsque l'intervention en Irak fut décrétée, la 3rd Army et mon unité se retrouva en première ligne mais étant une femme, je n'étais pas assignée à une unité de combat au front, plutôt à une mission de soutien et d'escorte de personnel et de matériel. Cela fut une grande source de frustration pour moi et je dus me battre contre ma hiérarchie pour qu'enfin on m'autorise à intégrer une unité de combat. Bien évidemment je me faisais chambrer quasiment tout le temps par les gars, je n'étais de plus d'un grade que peu élevé, à peine sergent mais après quelques violentes mandales, des jours au trou et des cibles réduites en miettes ainsi qu'une gueulante plus forte que les autres officiers, je pus atteindre le mérite de faire partie du front et comme ça je pus gravir les échelons.

Seulement voilà, à l'heure de mon souvenir, je n'étais plus la petite, enfin petite, je dépassais le 1,80 m après mon engagement, je n'étais donc plus la petite sergent du début du conflit mais j'étais maintenant un soldat accompli, militaire dans l'âme et une officier respectée pour quelqu'un de mon âge. J'avais fais mes classes comme tout le monde mais j'avais obtenue une Silver Star, et ça, ce n'était pas le cas de tout le monde, encore moins pour une femme. Ma promotion au rang direct de 1st Lieutenant fut vécu comme une trahison par quelques soldats de mon unité malgré ma médaille mais mon colonel de brigade ainsi que le reste de ma hiérarchie, approuva d'une part ma décoration mais aussi d'autre part, sous la pression de mon colonel que je servais toujours du mieux que je pouvais malgré ma violence en combat, ma promotion à ce rang d'officier. Les gradés exigeaient juste que je passe un peu de temps à me former en école, étape sine qua non pour devenir officier. J'avais déjà l'expérience du commandement, ayant gravi peu à peu les échelons des rangs de sergent mais je faisais montre de mon ambition pour être plus gradée et j'obtins ce que je voulais à ma sortie de l'école d'officiers, mon unique barrette noire sur l'uniforme. Lors de la cérémonie de promotion, je restais digne et impassible, affichant cette inexpression à mes détracteurs comme un gros majeur dressé dans leur direction et je saluais avec fierté l'officier supérieur qui me décora, rejoint quelques minutes plus tard par mon colonel de brigade et cette fois, je saluais avec joie mon supérieur qui malgré ma brutalité, n'a jamais cessé de croire en moi. C'est à lui que je devais ma promotion au rang d'officier.

Mais tout cela était derrière moi, maintenant j'avais une voire plusieurs escouades à devoir gérer, je n'étais pas capitaine donc je n'avais pas un bataillon à gérer mais au moins presque une dizaine de mecs comptaient sur moi et mes décisions. Toutefois, non contente d'être aussi connue pour ma médaille, le Master Sergeant de mon escouade me prévint aussi que j'avais une réputation dans la brigade. Non pas de salope, c'était déjà mieux que rien mais surtout de quelqu'un d'impitoyable et de dur. J'esquissais un sourire lorsqu'il m'en parlait, c'était exactement ce que je voulais qu'on dise de moi, je me sentais mieux avec l'idée que mes hommes me serviraient bien car ils savaient que j'étais intraitable avec eux. Personne ne m'a fait de cadeaux dans l'armée à part mon colonel de brigade, donc je trouvais normal que je sois aussi dure et exigeante avec mes coéquipiers. Peut être me servaient-ils avec crainte, j'étais dure et mais toujours réglo avec mes gars. Lorsqu'une mission s'était bien passée, je venais toujours féliciter les gars et j'étais la première à payer des tournées pour mes soldats. Lorsqu'une mission était foirée, je bottais le cul des fautifs s'ils étaient vivants et j'en faisais ensuite pâtir toute mon unité par des sanctions variables comme des entraînements interminables ou je me passais d'eux pour d'autres missions.

L'opération que j'avais en tête, était importante et avait nécessité l'intervention conjointe de ma brigade "Sledgehammer" et d'un détachement de la 2nd Marines. Nous étions déployés dans la province d'Al-Anbar, à l'ouest de l'Irak et l'objectif était de reprendre la ville de Falloujah aux insurrectionnistes depuis notre invasion dans leur pays mais aussi les terroristes, notamment ceux d'Al-Quaïda et d'autres d'une multitude de groupuscules terroristes tous avec des noms à la con comme l'armée du salut irakien, le front de libération islamique, l'état islamique au moyen-orient... et autres conneries se voulant indépendantistes, promesses de liberté, d'égalité... Mais toutes ces merdes se disant philosophiques ne servaient en réalité qu'une chose et j'en étais consciente : nous bouter hors de leur pays ou nous crever. Je ne demandais rien de mieux que de leur foutre la paix mais ces ordures venaient tuer des gens chez nous, soi-disant parce que nous foutions la merde à la base mais il était hors de question de faire porter le chapeau à des gens qui n'avaient rien demandés plutôt qu'aux dirigeants qui faisaient leurs petites affaires. Tout ce qu'on pouvait faire nous la merdasse, la plèbe, c'était rendre la pareille à tout ces fumiers de terroristes, des bras cassés qui ne savaient rien faire d'autre que répandre la mort pour passer leur message de mes ovaires. Ces connards foutaient la merde dans la province et nous on venait leur faire comprendre qu'il ne valait mieux pas nous cracher dessus.

Ce soir-là, la veille de la bataille, en tant qu'officier, je fus conviée à un briefing avec d'autres officiers de la brigade et avec quelques officiers des Marines. Autour de la table, j'étais la seule femme mais j'ignorais superbement les quelques regards des autres officiers et je fusillais les quelques uns qui me regardaient de trop près. La plupart portait leur treillis comme tout soldat dans la base, moi j'étais en t-shirt kaki et pantalon de combat-rangers, les dogtags pendant sur ma poitrine, seuls deux autres soldats dans la pièce, enfin tente de briefing plutôt, étaient dans la même tenue que moi. À côté de moi était assis un capitaine des Marines, un type avec une coupe réglementaire mais avec une fine barbe taillée, son nom indiquait Dixon sur son uniforme. Les ordres étaient en somme assez simples, nous étions déployés à l'ouest de Falloujah, le premier objectif était de reprendre les mosquées Shaker Al-Dahi et Fayad pour les Marines, aidé par une unité de la toute nouvelle armée irakienne que l'on avait entraîné et envoyé au combat, tous acheminés par un convoi de Hum-Vees. Quand à ma brigade avec l'Army et une autre unité de l'armée irakienne, on reprenait le centre des communications et postal de Falloujah, une rue plus loin, largués par Black Hawks. Puis on faisait la jonction avec les Marines en laissant des unités tenir les positions avant de converger avec une autre unité de l'Army vers le nord pour reprendre la gare de Falloujah. Nous devions éviter les pertes civiles le plus possible, tout fouiller et tuer l'ennemi.

Je savais très bien ce qu'il en était et s'il n'était pas con, le colonel qui nous faisait le briefing savait très bien que je ne faisais aucun cadeau et prisonnier. L'officier nous releva ensuite et l'on quitta la tente mais je marchais à côté de cet officier des Marines, Dixon. En effet, le colonel avait dit que nos deux unités travailleront en étroite collaboration sur cette opération. Alors que l'on s'en allait, je préférais prendre contact avec lui maintenant, dès la sortie du briefing et je lui tendis ma main alors que l'on quittait la tente. Je restais inexpressive et calme. Mais pas un calme apaisant, le calme qui me caractérisait, c'était plutôt le calme avant la tempête, un calme lourd de menaces.


Capitaine Dixon ? Lieutenant Raikes, je commande la 1st Squad de ma brigade. Toujours ravie de servir avec des jarheads de Marines. A part l'offensive de demain, c'est votre première opération en Irak ?



DEV NERD GIRL



Day X - A One Way for Hell [PV Daryl Dixon]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Welcome in Hell... [Ali & Ysi ]
» 05. What the hell are you waiting for.
» Welcome Hell
» Drag Me To Hell
» Gates Of hell " La porte des Enfers

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead - The MAD Project :: Souvenirs d'autrefois et illusoires :: Avant l'épidémie-