Forum RPG sur la série The Walking Dead
 
Votre forum, The MAD Project, ferme malheureusement ses portes !

Partagez|
Aller à la page : Précédent  1, 2

Day 08 - La meilleure façon de prédire l'avenir, est de le créer. (feat Jane Raikes)

avatar
Rick Grimes
Membre du Groupe
Membre du Groupe
Crédit Kit : Nygma (avatar) - Tumblr (gifs) - Lizzou (signature)
Avatar : Andrew Lincoln
Age : 38 ans
Ancien Emploi : Shérif
Messages : 138

Niveau de Survie : 2
Points d'Expérience : 59
Points RPG : 1
Date d'inscription : 20/12/2016
http://twd-themadproject.forumactif.com/t299-journal-intime-de-r http://twd-themadproject.forumactif.com/t300-liens-de-rick-grimes#6611

Expérience de Survie
Fiche de Personnage:
MessageSujet: Re: Day 08 - La meilleure façon de prédire l'avenir, est de le créer. (feat Jane Raikes) Lun 13 Mar - 2:23


La meilleure façon de prédire l'avenir,
est de le créer.
Jane Raikes & Rick Grimes



C'est sans aucun mal, que le Lieutenant Raikes remarqua que je ne fis absolument pas mention de Shane au sein des futurs instructeurs du groupe. En effet, j'y pense depuis bien avant même ses conseils. J'avais peut-être seulement envie de fermer les yeux, de laisser couler. Seulement, disons donc que ses fameux conseils, ont peut-être réussi à retirer ce maudit voile qui me recouvre la face. Après avoir tout de même pris le temps d'observer un peu le comportement de Shane ces derniers temps, j'ai clairement constaté un certain changement chez lui. Il m'évite, ne me dit plus vraiment les choses en face... Souvent, je prends connaissance de son opinion sur mes idées, au travers de Lori. Malheureusement, tout ça n'est pas non plus suffisant pour lui mettre la corde au cou. De plus, il reste mon meilleur ami. Pour cela... Il m'en faudra bien plus pour le blâmer. Cependant, Jane réussi une nouvelle fois à utiliser le bon mot. Définissant clairement ce que je ressens ou plutôt ne ressens plus, vis-à-vis de mon ancien collègue. Cela me brise le cœur, car il était bien le seul, autrefois, envers qui j'avais une confiance aveugle. Mais aujourd'hui, secrètement, mon instinct ne cesse de me mettre en garde à son sujet. Reposant mon regard azuré sur Jane, je me contente de la fixer quelques secondes avant de baisser le menton en me pinçant les lèvres. Ça me faisait mal de l'avouer à voix haute, mais je ne la contredisais clairement pas non plus.

- « Je ne le sens pas capable de se charger de ce genre de chose, en ce moment. Mais... nous verrons bien. Ce n'est peut-être qu'une mauvaise passe. »

Étrangement, je n'y crois pas vraiment. J'ai simplement envie d'y croire. Comme je le ferai pour toutes les personnes auxquelles je tiens dans ce groupe. Tout le monde étant en droit de faiblir, de perdre pied. Surtout en ces temps apocalyptique. Il ne faut pas être humain pour ne rien ressentir, ni subir le moindre instant d'égarement... Je vois ensuite Jane s'écarter un peu. Malgré son éternel masque de fer collé au visage, elle semble soudainement... pensive. Intrigué et attentif à ma coéquipière, je m'avance doucement puis m'arrête dans son dos. Je l'observe un instant, avant de reporter également mon regard vers l'horizon. Offrant mes oreilles et toute mon attention aux confessions de Jane. C'est bien la première fois, que je perçois un semblant de brèche, dans l'épaisse carapace de la jeune femme. Je n'allais donc pas gâcher la moindre occasion d'en découvrir plus sur cette mystérieuse Jane, que souhaite réellement connaître davantage.

Silencieux, je me contente donc simplement de l'écouter et surtout de la comprendre. A commencer, par ce qui nous différencie clairement elle et moi. J'ignore, si je dois prendre ses premières remarques comme de l'admiration à l'égard de mon tempérament et si... Ce qu'elle "croit être" est l'une des principales causes de ce qui la rend si éteinte. Car à l'entendre, elle semble clairement se comparer à un monstre. Efficace aux yeux de ses anciens camarades, mais rien de plus. Lentement, je quitte ma position pour placer à côté d'elle et prendre appui sur l'encadrure parallèle à celle sur laquelle se tient la militaire. Quittant le paysage des yeux, je me concentre à nouveau sur Jane, pensif à mon tour. Pour ma part, je ne la percevait pas du tout de cette manière. Pas même le premier jour de notre rencontre. Bien qu'il fut un certain temps d'adaptation pour la cerner un minimum. Certains naissent sans empathie et avec des facultés ou des handicaps différents, mais d'autres... sont devenus ce qu'ils sont, à cause d’événements marquants. Bien souvent tragique... Quoi qu'il en soit, ils n'ont pas forcément choisi de devenir ainsi. Et je suis persuadé que Jane, fait partie de cette catégorie de personnes. Peut-être que je me trompe, peut-être pas. Quoi qu'il en soit une chose est certaine : j'ai confiance en elle. Et cette confiance, elle ne l'a pas volé.

Par respect envers son besoin spontané de se confier, je ne l'interromps pas une seule seconde. Et je fais bien, car elle me partage ensuite son évolution jusqu'au grade de First Lieutenant. Hélas, en dehors de mon point de vu personnel, le traitement que lui ont "infligé" ses anciens supérieurs est assez justifiable. Car il est clair qu'on ne peut pas placer n'importe qui à la tête d'un bataillon entier. Aussi efficace soit le soldat, cela ne suffit malheureusement pas. C'est d'ailleurs une des raisons pour laquelle j'ai aussi été nommé shérif et non Shane... Mais on ne peut changer un caractère et aussi difficile que ça puisse être, il faut parfois savoir accepter que nous n'avons pas les capacités, ni ne sommes formatés, pour faire certaines choses. Jane, aussi jeune soit-elle, est par exemple en mesure de pratiquer des actes quoi moi-même serai incapable de faire. Tout du moins, à l'heure actuelle. C'est ce qui fait que j'ai besoin d'elle et qu'elle a besoin de moi. Une fois qu'elle a terminé, j'essaye de réfléchir sérieusement à mes mots. Mon objectif n'étant ni de la juger, ni d'incarner le rôle du moralisateur.

- « Tu n'étais certainement pas faite pour ça, mais tu savais sauver des vies. C'est encore le cas aujourd'hui et le sera à l'avenir. C'est ce qui compte le plus aujourd'hui. Tu as des qualités que bon nombre n'ont pas et n'auront jamais. Ce qui nous différencie des uns des autres, qui fait de toi comme de moi, des personnes indispensables. »

Elle devait d'ailleurs elle-même déjà le savoir, car elle comme moi, avons mutuellement notre façon de nous motiver. Pivotant un peu plus vers elle, dans l'espoir de capter son regard. La regardant assez durement, mais d'une manière bienveillante. Elle ne m'inspirait pas la moindre pitié ni même le moindre dégoût. Au contraire. Je ressens un certain respect à son égard. Malgré cette facette bien sombre et certainement bien garnis, qu'elle doit secrètement posséder. Sachant qu'elle a été jugé comme étant trop violente et brutale. Mais cela... fait parti du passé. Ce qui m'intéresse maintenant, c'est ce qu'elle est aujourd'hui ou qui elle veut devenir. Je veux simplement, la comprendre davantage. Car quoi qu'elle puisse me confier, une complicité est bien née entre nous et elle fait déjà partie de la famille.

- « Si tu es comme ça, c'est forcément pour une bonne raison. »

C'est volontairement, que je positionne ma remarque légèrement en suspend entre l'interrogation et l'affirmation. Ne voulant pas l'obliger à se confier davantage à moi, mais le souhaitant de tout cœur. Mais si elle ne le fait pas, je l'accepterai complètement et le respecterai.


AVENGEDINCHAINS

_________________
I just want to keep my family alive. RICK GRIMES;

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
avatar
Jane Raikes
Membre du Groupe
Membre du Groupe
Avatar : Female Military
Messages : 168

Niveau de Survie : 4
Points d'Expérience : 94
Points RPG : 14
Date d'inscription : 22/12/2016
http://twd-themadproject.forumactif.com/t309-journal-intime-de-j http://twd-themadproject.forumactif.com/t310-liens-de-jane-raikes

Expérience de Survie
Fiche de Personnage:
MessageSujet: Re: Day 08 - La meilleure façon de prédire l'avenir, est de le créer. (feat Jane Raikes) Lun 13 Mar - 11:54

The Best Way to Predict the Future, is to Create it

Jane Raikes & Rick Grimes

Sur mon visage, nulle trace de tristesse ou de frustration ne se voyait. Plus que jamais je n'affichais rien devant Grimes, mon masque de titane sur le visage faisant son office. Intérieurement par contre, je me sentais lasse et blasée à propos de ce que je venais de dire mais également parce que je le ressentais ainsi. Grimes n'a pas à en savoir plus sur moi, mais mon ouverture envers lui s'était faite... presque toute seule. Je ne m'étais ouverte qu'à Carol encore une fois et d'une manière bien différente mais ici avec Grimes c'était encore d'une autre manière. Il ne m'avait pas interrompu et exactement comme je l'avais prévu, Grimes me répondit de sa conciliation presque maladive. Dans d'autres circonstances, j'aurais poussé un soupir d'exaspération devant tant de soi-disant vertu mais ici non, je ne me sentais pas de pousser un coup de gueule. Je jetais un regard vers lui alors qu'il me lançait de nouveau, mû certainement par une curiosité de plus de confessions de ma part, le fixant pendant une fraction de seconde avant de retourner à mon observation des champs, sans enfant cette fois.

J'ai douté de moi Grimes, chose que je ne me permets normalement jamais. J'ai dis ça aujourd'hui mais c'est parce que les circonstances sont bien différentes. Toute cette merde ne serait jamais arrivée, je pense que j'aurais quand même été promue capitaine. Je voulais faire l'école des Rangers pour intégrer la 75e Rangers et si j'étais allée au bout du parcours, j'aurais eu ma barrette supplémentaire sur l'uniforme et avec une cinquantaine ou une soixantaine de mecs sous mes ordres soit un bataillon entier. Mais il a fallu que les morts se relèvent.


Je grondais en constatant cet état de fait et je n'engueulais pas Grimes, je ne lui en voulais pas d'essayer de me soutenir, il faisait de son mieux. Poussant un léger soupir de dépit, je bougeais de l'embrasure de ma porte pour m'assoir sur les marches d'escalier de la porte d'entrée. Je ne voyais plus les champs mais en tournant légèrement la tête, je pouvais voir la grange un peu plus loin, illuminée par les rayons de soleil de la fin d'après-midi. Je restais muette pendant quelques secondes, méditant sur les dires de Grimes. Mes parts de moi conciliante et pragmatique entrèrent encore en conflit pour la suite de la conversation. La conciliante voulait pousser la confession et continuer de discuter avec Grimes, la pragmatique voulait au contraire tout stopper là et reprendre les recherches et l'exploration, sans rien dire à Grimes. Au final, les deux parties parvinrent à un compromis. Je continuais encore un peu la discussion mais je ne lui révélais pas tout à mon propos. Il en savait déjà pas mal, seule Carol en savait tout autant voire plus.

Il n'y a pas de raison à chercher Grimes. Je suis née dans la merde et j'ai toujours été aussi... pragmatique. J'ai fais pas mal de conneries, j'aurais pu finir bien plus mal mais j'ai rejoins l'armée parce que je voulais passer à autre chose. J'y ai connue une ascension bien plus rapide que n'importe quelle femme militaire voire homme. L'armée m'a enseigné un tas de choses et m'a apprit à canaliser ma violence et ma soif de sang. Sinon je serais devenue une tueuse en série sanguinaire. Je suis capable d'atteindre une cible en pleine tête à 1200 mètres par vent de face d'au moins 20-30 km/h en un tir mais je suis incapable d'être... enfin de... de faire comme vous, d'écouter et d'essayer de rassurer... J'arrive à rester calme mais ce n'est pas le même calme qu'on dégage. Même quand j'allais voir le psychologue militaire en rentrant de mission, ça me gonflait légèrement.


Je méditais sur mes propres mots mais je ne regrettais pas ce que je venais de dire car c'était vrai. Grimes ne le savait et ne le saurait peut être jamais mais je serais certainement restée criminelle si l'armée ne m'avait montré une porte de sortie. Je continuais de caresser du bout de mon index la lunette de combat de mon M16A4 et je regardais le sol cette fois. Pas de pleurs ou de sanglots ne venaient briser le silence, si Grimes s'attendait à ce que je fonde en larmes, il se trompait, je poussais juste un léger soupir de soulagement. D'autres mots prononcés par mon chef me revinrent en mémoire et je comptais rebondir là dessus avant que nous ne reprenions nos recherches. Il avait raison quelque part le bougre, le passé était derrière mais j'en gardais une part pour moi-même et ça, rien ni personne ne pouvait me l'enlever, pas même lui.

Je tournais la tête assez brusquement et mes oreilles me surprenaient encore. J'avais cru entendre un bruit mais apparemment j'étais la seule à l'avoir entendue car en tournant la tête rapidement, Grimes ne regardait pas dans la même direction mais la grange. En revenant vers la direction du bruit, je me surprenais encore à entendre ce rire enfantin. Cette fois j'en avais peur, je croyais déjà devenir folle. Nul enfant ne se présenta à moi mais une silhouette se balada encore entre les ombres du soleil couchant et dansèrent dans les environs. La silhouette se promena encore, toujours avec un léger rire de gosse passant à travers les fenêtres vides et les écuries froides. Je pouvais presque la visualiser courir vers la grange avant de disparaitre à travers un rayon de soleil. Je secouais très légèrement la tête, me disant que j'avais vraiment des visions surprenantes. Mais je ne pouvais pas laisser cela me déstabiliser et je regardais encore Grimes qui me rendit son regard de son air bienveillant habituel.


Vous avez raison cela dit Grimes. Maintenant, si sombre soit-il nous devons penser à l'avenir. Des gens comptent sur nous et ce sont eux qui feront l'avenir, nous on doit les protéger pour permettre qu'il y ait un avenir et je ne laisserais personne empêcher cela. Et si jamais un jour nous arrivons à rebâtir une société et que je suis encore vivante, je demanderais à être directement bombardée major ou lieutenant-colonel.


Je me relevais des marches après ces mots. Une légère brise s'était levée et redressa sur ma tête le peu de longueur de cheveux que j'avais, le regard perdu à nouveau dans le paysage alentour. Mon moi conciliant voulait relancer la conversation, comme par exemple comment j'avais reçu ma barrette de 1st Lieutenant mais mon autre moi, la plus pragmatique, s'y refusait catégoriquement. Quelque part je comprenais les deux et leur lutte et c'est pourquoi je me taisais. Le rayon du soleil m'aveuglait un peu, c'est pourquoi je mis ma paire de lunettes de soleil de combat, planquée dans un recoin de mon gilet pare-balles avant de me tourner de nouveau vers le coucher de soleil.

DEV NERD GIRL



avatar
Rick Grimes
Membre du Groupe
Membre du Groupe
Crédit Kit : Nygma (avatar) - Tumblr (gifs) - Lizzou (signature)
Avatar : Andrew Lincoln
Age : 38 ans
Ancien Emploi : Shérif
Messages : 138

Niveau de Survie : 2
Points d'Expérience : 59
Points RPG : 1
Date d'inscription : 20/12/2016
http://twd-themadproject.forumactif.com/t299-journal-intime-de-r http://twd-themadproject.forumactif.com/t300-liens-de-rick-grimes#6611

Expérience de Survie
Fiche de Personnage:
MessageSujet: Re: Day 08 - La meilleure façon de prédire l'avenir, est de le créer. (feat Jane Raikes) Lun 20 Mar - 5:12


La meilleure façon de prédire l'avenir,
est de le créer.
Jane Raikes & Rick Grimes



Peu importe, si mes mots et mon désir de "l'aider" passe au travers de ses oreilles. Il est dans ma nature d'agir ainsi et surtout envers ceux que je respecte et qui ont un minimum à mes yeux. Jane, en fait clairement partie. En plus de faire partie de notre "famille", elle allait devoir s'habituer à ma bienveillance. A nouveau, elle reprend la parole et encore une fois, je l'écoute avec attention sans l'interrompre. Tandis que mon regard, divague machinalement en direction de la grange. Le soleil, commence paisiblement à descendre et à offrir une lumière chaleureuse et plus intense sur le paysage autour de nous. Le moment de la journée, que je préfère. En plus de cet échange rare que nous avons Jane et moi, je savoure pleinement l'instant, comme j'ai rarement l'occasion de savourer en ce moment. Un instant unique et plaisant. Je suis ravis, qu'elle s'ouvre un peu à moi de sa propre initiative. Je n'allais certainement pas l'obliger à se confier davantage, ni farfouiller dans son passé. J'ai beau être psychologue à mes heures perdues, je n'en suis pas un et ne l'ai jamais été. J'aime seulement être là, quand on en a besoin. Mais considérant tout de même la militaire quasiment comme mon bras droit, j'apprécie en savoir un petit peu plus à son propos. C'est toujours bon à prendre et à savoir, au cas où...

Ainsi donc, elle a douté. Ce qui prouve bien son humanité. Le soucis étant que visiblement, elle passe son temps à se "contrôler". Et donc, à aller à l'encontre de ce qu'elle est ou pourrait être. Pourquoi donc, cette manie de vouloir tout contrôler ? Bien sûr, je ne suis pas très bien placé pour me poser une telle question, étant moi-même sujet à cette manie. Sauf que celle-ci s'exprime bien différent que chez elle. Un léger rictus étire mes lèvres, baissant la tête quelques instants. Je continue de l'écouter. Ce qu'elle me résume sur son passé, est suffisant pour confirmer mon hypothèse qu'en effet... Elle n'a pas eu une vie facile et qu'elle n'est pas comme ça, pour rien. Que c'est plus pour "survivre" et pour se "défendre" qu'elle l'est. Bien que ce qu'elle me confie, me face légèrement froncer les sourcils. Son côté violent, je l'avais bien cerné, sa soif de sang aussi... Dans la voiture, lors de notre retour de la ville. J'allais tout de même devoir garder une certaine méfiance à ce niveau là ? Pour autant, elle me semble tout de même bien plus discipliné que Shane, par exemple. Et il ne fallait pas se voiler la face, ce qu'elle est aujourd'hui, est une qualité pour survivre.

Doucement, je ricane lorsqu'elle évoque le fait qu'aller voir un psychologue la gonflait légèrement. Pas besoin d'être aussi "siphonné" qu'elle pour ressentir ça avant et pendant un rendez-vous chez le docteur maboule. Peu de personnes prennent plaisir à y aller, tout autant que chez le dentiste, à mon avis. Bref, elle est plus seine d'esprit qu'elle ne le croit. Elle n'est juste pas, comme tout le monde. Ayant parfaitement conscience de son tempérament, de ses défauts et de ses faiblesses. Comme on dit dans le jargon psychologique, seul un véritable fou, persiste dans son ignorance. Je reste silencieux et plonge dans mes songes. Repensant à ce qu'elle venait de me confier, à tout ce que nous avons partagé aujourd'hui, à l'avenir que nous partagerons ensemble avec le groupe... Durant quelques instants, je ne fis même plus attention à rien tout autour de moi. C'est uniquement à l'entente de sa voix que je revins à la réalité. Souriant à ses mots et haussant vaguement les épaules.

- « Tu peux toujours espérer. Ou... Peut-être bien que d'ici là, t'en auras marre et décideras de changer d'orientation. Comme fleuriste, par exemple ? »

Penchant légèrement la tête sur le côté, un sourire taquin et malicieux étire mes lèvres à cette pensée. Me moquant gentiment d'elle, histoire de détendre un peu l'atmosphère. Imaginer le Lieutenant Raikes, fleuriste... C'était comme imaginer Daryl en danseuse étoile. Progressivement, je retrouve de mon sérieux. Et repose mon regard transperçant sur les alentours.

- « Le passé c'est le passé. Quoi que t'aies pu faire ou qui que tu as été autrefois, je suis heureux de t'avoir à mes côtés aujourd'hui. »

J'avais beau être conciliant et bienveillant de nature, les compliments se font rares et donc extrêmement sincères lorsque je les prononce à haute voix. A nouveau, je plonge mon regard dans le sien. Un air grave collé sur le visage.

- « Ce qui est important, c'est ce que tu comptes faire aujourd'hui et devenir demain. »

Si cette "fin du monde" possède bien une qualité, c'est la possibilité d'offrir à tout le monde une seconde chance. Détournant finalement mon regard d'elle, j'inspire une grande bouffée d'air, puis m'offre une nouvelle gorgée d'eau fraîche. Voilà qu'un détail, situé un peu plus loin, attira subitement mon attention et me poussa à plisser les yeux, à cause de la lumière du soleil qui floutait un peu ma vision en plus de l'effet contre jour. Je fis signe du menton à Jane et avec l'index, en direction de la chose.

- « On dirait qu'on a de la compagnie... »


AVENGEDINCHAINS

_________________
I just want to keep my family alive. RICK GRIMES;

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
avatar
Jane Raikes
Membre du Groupe
Membre du Groupe
Avatar : Female Military
Messages : 168

Niveau de Survie : 4
Points d'Expérience : 94
Points RPG : 14
Date d'inscription : 22/12/2016
http://twd-themadproject.forumactif.com/t309-journal-intime-de-j http://twd-themadproject.forumactif.com/t310-liens-de-jane-raikes

Expérience de Survie
Fiche de Personnage:
MessageSujet: Re: Day 08 - La meilleure façon de prédire l'avenir, est de le créer. (feat Jane Raikes) Mar 21 Mar - 17:39

The Best Way to Predict the Future, is to Create it

Jane Raikes & Rick Grimes

Sa dernière réflexion fit mouche et je souriais pour moi-même mais lui ne pouvait le voir, je lui tournais le dos. Malgré tout je ne pouvais pas rester totalement indifférente à ce qu'il disait et je me retournais, le regardant à travers mes lunettes de soleil de combat, sa remarque m'ayant arraché un éclat de rire un peu forcé mais je lui étais reconnaissant de me faire sortir la Jane Raikes qui était plus humaine.

HA ! Mon cul velu ouais, Grimes ! C'est plutôt vous que je vois avec des fleurs. Vous feriez un charmant fleuriste, un fleuriste armé d'un Python cela dit.


Le chambrage de Grimes était bienvenue, mais on retrouvait progressivement notre sérieux par la suite. Je revenais un peu plus vers lui et posa un pied sur une marche, regardant dans la même direction que lui. Nulle vision, nul rire ou silhouette enfantine ne m'apparut mais juste les rayons du soleil dansant sur la couleur dorée des champs. Ce plan aurait pu être idyllique mais nous savions que ce n'était que temporaire, car cette vue n'était permise que par une fin du monde qui nous est tombée sur le coin de la gueule sans prévenir. Bientôt, ces champs disparaîtraient et perdraient leur couleur dorée. Je repris la parole peu après Grimes, repensant à ce qu'il venait de dire et j'essayais de m'imaginer vendre des fleurs. Après quelques secondes, cet effort d'imagination était bien trop incongru pour moi. En moi, la Jane Raikes conciliante se fit de nouveau refouler par la Jane Raikes militaire, bien plus pragmatique, cette dernière écrasant presque l'autre qui se démena pour exister.

Je ne m'imagine pas faire autre chose, Grimes et je n'en ai aucune envie. L'armée, c'est toute ma vie, cet uniforme ces armes ces... valeurs et ce comportement que j'ai sont tout ce qui me reste et qui me sépare entre rester ce que suis et devenir une barbare sanguinaire. Je ne serais jamais fleuriste ou caissière mais je veux que d'autres personnes puissent se faire cette réflexion entre choisir de vendre des fleurs ou se prendre les jérémiades des clients à propos d'une promo qui n'existe plus. Je veux que grâce à moi d'autres personnes puissent penser à leur avenir. Comme je vous l'ai dis, mon job est de faire en sorte que d'autres puissent faire le leur. Je me suis engagée pour en finir avec ma vie de merde mais aussi parce que... je voulais croire en autre chose, me dire que je pouvais servir à quelque chose et à protéger les autres, voire de me protéger de moi-même.


Je remis mon casque sur la tête, reclippant ma jugulaire et me tourna de nouveau vers Grimes qui n'était décidément pas avare de compliments à mon égard aujourd'hui. Je sentais même ses yeux azurs regarder les miens derrière mes lunettes de soleil de combat. Mais je ne lui répondis pas sur le coup, mon regard allant vers la grange et ses champs alentours. La peau de mon visage qui n'était pas protégée rougissait légèrement.

... Merci Grimes, vraiment. Je suis contente d'être tombée sur quelqu'un comme vous. Je suis capable de supporter beaucoup de choses et vous m'y aidez. Si vous pouvez aider ce qui reste d'entre nous en leur montrant le chemin et si moi je peux aider les autres en sécurisant ce chemin des emmerdes, faisons-le. Aujourd'hui et demain, offrons au monde et à l'humanité encore un jour de répit et de survie.


Après que Grimes ait bu un peu d'eau, j'entendis un bruit de moteur dans mon dos et Grimes montra quelque chose de loin. En visant l'endroit de ma lunette de combat, on pouvait voir un gros pick-up arriver à toute vitesse. Par réflexe je voulais me cacher mais les vitres du véhicule n'étaient pas teintées et je pus voir les aminches à l'intérieur qui nous avaient déjà repérés en nous pointant du doigt malgré le fait que je les visais et il ne servait à rien de fuir. Baissant mon arme j'échangeais un regard avec Grimes et je voyais celui-ci qui vérifiait son Python. Il me hochait la tête et je raffermis la prise sur mon M16A4. En quelques secondes, le pick-up s'arrêta et je les braquais avec mon M16A4, enjoignant Grimes à faire de même avec son Python. 6 hommes sortirent du pick-up, l'un d'eux restant debout à l'arrière du véhicule et tous nous visaient aussi. Lorsqu'ils sortirent, j'estimais qu'il y avait une dizaine de mètres entre eux et nous. Un gros homme, à la place passager s'avança.

C'est vous le pourri et la salope qui viennent de buter nos potes à Hogan et qui nous ont pris nos flingues ?


Je ne répondis pas sur le coup, laissant Grimes ouvrir le bal et pendant que le shérif perdait son temps en bavardage, j'observais soigneusement la scène. Un crétin à l'arrière, ok, le gros était planté devant Grimes donc je pouvais le voir du coin de l'œil. Deux débiles me faisaient face, armés d'une arme de poing. A moins de balles perforantes, même à cette distance, mon gilet pare-balles encaisserait le choc en me laissant un joli bleu sur le corps au lieu d'une blessure ouverte. Un autre type était planqué derrière une roue, côté passager et le dernier était contre l'ouverture du coffre. Personne par contre ne pouvait voir que mes yeux regardaient partout, avec mes lunettes de soleil de combat. Je tournais ensuite la tête vers Grimes et le gros. Ce dernier balança sa menace contre nous.

Vous avez le choix, ou vous nous suivez et on s'occupe de vous et de votre petite amie sexy en uniforme ou on vous trucide sur place et on s'occupe quand même de vous deux, c'est vous qui voyez.


Vous parlez trop.


Grimes échangea un regard avec moi et je me figeais pendant quelques secondes. Il pouvait voir à travers mes lunettes parait-il donc il pouvait lire dans mes yeux, la soif de violence qui commençait à m'envahir. Je virais discrètement la sécurité de mon fusil d'assaut et ouvrit le feu sur l'un des deux gars devant moi qui fut percé de deux trous dans la poitrine et je fonçais sur l'autre sans lui laisser le temps de tirer.

LE GROS LARD GRIMES !


Le type que je venais de buter s'effondra et je fis une roulade en avant pile au moment où le type à l'arrière du pick-up fit feu et je percutais l'autre qui me faisait face de plein fouet. Un coup de casque acheva de le mettre dans les pommes avant d'être tué par son pote car je me servais du type que j'avais attaqué comme bouclier humain. Évidemment comme le connard à l'arrière se servait de son flingue comme d'un manche il avait déjà vidé ses munitions et paniquait à recharger. Celui planqué contre l'ouverture du coffre avait prit la fuite, je profitais pour attraper le type qui galérait à recharger par le col et le tirer violemment à terre, celui entrainé dans mon mouvement parti dans un cri strident de panique et de terreur mais je le prenais non pas pour le soumettre à terre mais pour lui écraser violemment la tête contre le pick-up d'une main.

DEV NERD GIRL



avatar
Rick Grimes
Membre du Groupe
Membre du Groupe
Crédit Kit : Nygma (avatar) - Tumblr (gifs) - Lizzou (signature)
Avatar : Andrew Lincoln
Age : 38 ans
Ancien Emploi : Shérif
Messages : 138

Niveau de Survie : 2
Points d'Expérience : 59
Points RPG : 1
Date d'inscription : 20/12/2016
http://twd-themadproject.forumactif.com/t299-journal-intime-de-r http://twd-themadproject.forumactif.com/t300-liens-de-rick-grimes#6611

Expérience de Survie
Fiche de Personnage:
MessageSujet: Re: Day 08 - La meilleure façon de prédire l'avenir, est de le créer. (feat Jane Raikes) Jeu 30 Mar - 20:21


La meilleure façon de prédire l'avenir,
est de le créer.
Jane Raikes & Rick Grimes



Une agréable petite parenthèse s'enroula autour de Raikes et moi, lors de quelques secondes. L'atmosphère virant même un instant à la plaisanterie, avant de redevenir sérieuse. Je ricane un instant, en m'imaginant à mon tour fleuriste... Pourquoi pas. Si jamais un jour je ne suis plus apte à faire ce que je fais. Puis, je redevins beaucoup plus attentif et sérieux quand Jane repris la parole pour parler encore un peu d'elle. Ce qui n'était pas pour me déplaire. Ce qui me fit en grande partie comprendre pourquoi, exactement, elle a voulu s'engager dans l'armée. Des raisons peu ordinaires et assez déprimantes, mais que je respecte totalement. Au moins, elle a essayé de faire bon usage de son "mal être" et de ses démons. De ce que j'en sais et aussi étonnant que ça puisse être, ce sont généralement ce genre de recrue qui se débrouille le mieux et se donne à fond dans ce qu'ils entreprennent. J'avais à cœur aussi de complimenter Jane, le plus honnêtement qui soit. J'étais bien à ses côtés, en cet instant, que je savoure pleinement. Cette complicité entre nous, à laquelle je ne croyais pas des masses au début, s'exprime à merveille aujourd'hui. J’espère, de tout cœur, qu'elle et moi allons parcourir un très long chemin ensemble. Malheureusement, je ne la vois pas rougir et détourne également mon regard en direction de l'horizon, avant que par miracle, elle ne me complimente à son tour. Ce qui fut l'une des plus belle reconnaissance à mon égard, depuis mon intégration au sein des survivants de la Colline. J'étais foutrement heureux d'entendre autant d'optimisme et de détermination sortir de sa bouche, une grande victoire.

C'est donc tout aussi pudiquement, que je reçois son compliment. Inspirant une bonne bouffée d'air frais... Malheureusement, ce moment de plénitude ne dura que très peu de temps, qu'un gros pick-up déboula à grande vitesse dans notre champ de vision. Bien que cela ne se voit pas au travers de mon visage concentré, une vague d'inquiétude s'empare de moi. Me doutant d'avance, comme je le craignais, que ces hommes aient un rapport avec ceux qu'on a buté à Hogan. Une main sur mon colt, j'échange un regard avec Jane, tandis que nous prenons possession de nos armes en même temps. Je descend quelques marches, afin de me retrouver nez à nez avec un gros lard. Certainement le chef de ce p'tit groupe de bras cassés. Si ce n'est le chef tout court... Cela m'importe franchement peu. Car il n'était pas difficile de comprendre, à quoi ressemblerait la fin de cette situation dangereuse. Mais pour l'heure, autant essayer de gagner un peu de temps. Pour analyser au mieux la situation ainsi que la position des hommes se confrontant à nous. Je fixe sévèrement l'homme face à moi, le regard sombre et froid. Allant même jusqu'à user de sarcasme. Il ne me faisait pas peur du tout, ni ne m'impressionnait.

- « Il ne me semble pas avoir vu vos noms sur les armes... Si vous y teniez tant que ça, il aurait peut-être fallu les stocker dans un endroit un peu moins accessible à tous... »

Je veille donc volontairement, à attirer toute l'attention du gros patron, afin de laisser le loisir à Jane d'analyser le champ de mine. Ayant pleinement confiance en ses capacités et en ses réflexes sur le terrain. Je reste également sur mes gardes, ne désirant pas qu'un des hommes osent s'en prendre ni toucher à un des cheveux de Jane. Songeant naturellement plus à sa sécurité, qu'à la mienne. La largeur de mon interlocuteur par rapport à mon gabarie me protégerait éventuellement des tires et c'est donc forcément sur la militaire qu'on tirerait en premier.

- « Vos armes, sont à nous maintenant. Partez et on évite un carnage inutile. »

Mon timbre de voix leur exprime clairement que je ne leur laisse pas le moindre choix. Au moins, je leur aurai laissé une porte d'ouverture bien que je me doute qu'il ne la prendront pas. Mon doigt, glisse discrètement jusqu'à la gâchette de mon Python, tandis que mon adversaire nous menace à son tour. Comme s'il n'avait pas entendu mon avertissement. Tant pis... A nouveau, j'échange un regard entendu avec Jane. Son regard et son corps tout entier exprimait sa soif de violence. Celle-ci allait nous être plus qu'utile pour nous sortir de là et combattre leur supériorité numérique. Sans attendre, Jane engagea le combat en tuant un premier homme. Aussitôt, je pointe mon colt en direction du gros lard et lui explose littéralement le crâne d'une balle entre les deux yeux. Il eut tout de même le temps de tirer une fois, fort heureusement sa balle ne fit que m'érafler le bras gauche. Je grimace légèrement en apercevant la blessure, mais m'empressa avant tout de rejoindre Jane, qui s'était déjà occupé des autres hommes en un rien de temps. Je la surpris alors en train d'essayer d'écraser le crâne d'un des hommes, d'une main, contre la carrosserie du pick-up.

- « STOP !! JANE !! ARRÊTES CA !! »

Lui ordonnais-je fermement, en espérant qu'elle arrête d'elle-même sans que j'ai besoin d'intervenir. Je fais un tour rapide autour du pick-up pour observer les corps et planter la lame de mon couteau dans celui déjà mort afin qu'il ne se redresse pas. Je passe une main sur mon front et mes cheveux avant de revenir près de Jane.

- « Ils ont eu leur compte ! On dégage d'ici. Et on va prendre leur pick-up. »

Autant revenir au campement avec un véhicule supplémentaire et qui plus est... rempli d'essence. Je fais donc signe à Jane de conduire notre véhicule, tandis que je fais un rapide détour dans la maison pour récupérer nos affaires. Avant de me mettre au volant du pick-up.


AVENGEDINCHAINS

_________________
I just want to keep my family alive. RICK GRIMES;

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
avatar
Jane Raikes
Membre du Groupe
Membre du Groupe
Avatar : Female Military
Messages : 168

Niveau de Survie : 4
Points d'Expérience : 94
Points RPG : 14
Date d'inscription : 22/12/2016
http://twd-themadproject.forumactif.com/t309-journal-intime-de-j http://twd-themadproject.forumactif.com/t310-liens-de-jane-raikes

Expérience de Survie
Fiche de Personnage:
MessageSujet: Re: Day 08 - La meilleure façon de prédire l'avenir, est de le créer. (feat Jane Raikes) Ven 31 Mar - 15:02

The Best Way to Predict the Future, is to Create it

Jane Raikes & Rick Grimes

Je m'y repris à deux voire trois fois pour lui écraser la tête contre leur pick-up bien que le premier coup que je lui avais donné avait imprimé une trace sur la carrosserie du pick-up et que son visage ait explosé en une gerbe de sang mais il avait la tête dure l'enfoiré et alors que je continuais de le cogner pour qu'il crève de mes mains, celui-ci toujours hurlant, Grimes m'ordonna de m'arrêter de le molester. Je m'exécutais après mon 3e coup contre le pick-up et laissais tomber le malheureux contre le sol, celui-ci geignant de douleur. J'échangeais un regard avec le shérif lorsqu'il ordonna de dégager mais je jetais ensuite un œil alentour et je tombais sur le 9 mm que l'aminche que j'avais défiguré avait avant de tomber sous ma main, je m'en emparais et vit qu'une balle s'était enrayée dans la chambre de tir. Alors que Grimes était retourné dans la maison, je dégageais la balle et remonta le flingue en un rien de temps avant de le pointer vers l'autre qui leva les mains suppliant. Sans lui laisser le temps de parler, je le tuais d'une balle dans ce que je pensais être ses deux yeux.

Puis je me souviens alors d'un type qui avait fuit. Jetant l'arme de poing sur le cadavre, je partis dans la direction du mec qui avait fuit et je le vis courir vers l'entrée pour se barrer. Je mis un genou à terre et j'ajustais ma lunette de combat et alors que Grimes revenait, je tirais une balle. Elle atteignit la jambe du fuyard et celui-ci chuta lourdement dans un cri de douleur. J'en tirais une autre qui se logea dans sa mâchoire et lui traversa la tête alors qu'il relevait la tête vers moi en se retournant alors qu'il était à terre. Je le visais pendant encore quelques secondes, m'assurant qu'il était bien mort et qu'il ne bougeait plus. Voyant du coin de l'œil que le shérif était revenu, je me relevais et me tint droite devant lui, mon arme entre nous deux, comme si j'étais en attente de l'inspection de mon M16A4 par un supérieur. Je le regardais sans aucune haine et malgré mes lunettes de soleil de combat, il pouvait aisément deviner mon air inexpressif et mon indifférence quand au fait que je venais d'ôter la vie à 3 hommes en quelques secondes sans aucune hésitation.


Maintenant ils ont eu leur compte, on ne laisse pas de survivants derrière nous Grimes. À moins que vous ne vouliez encore vous taper des représailles ? Comme vous l'avez si bien souligné, ils sont peut être plus nombreux. Autant avoir le moins d'ennemis possible à affronter si on est de nouveau attaqués.


Sans attendre de réponse de sa part et rassemblant armes et munitions aux alentours, je fourrais le tout à l'arrière du pick-up, comme mon sac de munitions, d'armes et d'un peu de vivres. J'embarquais également la carte que j'avais trouvé et la fourra dans le sac. Laissant ensuite la responsabilité de tout ça à Grimes, je partis alors rejoindre notre voiture comme il me l'avait ordonné plus tôt et quittant l'endroit, je démarrais la voiture, laissant Grimes partir devant et je conduisais notre véhicule en suivant le pick-up de Grimes. Le shérif venait peut être d'être choqué par ce que je vais de voir mais j'avais déjà oublié les 3 hommes que je venais de tuer sans fioritures.

Je repensais surtout à ce que nous nous sommes dit et aux mots que nous avons échangés. Peut être se disait-il que je me cognais au final de nos déclarations mais si c'était le cas, il se trompait. On avait beau avoir fait une belle tuerie il y a quelques minutes, avec la force de l'habitude de tuer, j'étais passé à autre chose. Et je me rendis alors compte que ces moments passés à échanger, à discuter avec Grimes étaient des moments privilégiés. Il y avait longtemps que je ne m'étais pas confié même un petit peu à quelqu'un, mon psychologue militaire étant la seule exception notable mais dans un but uniquement professionnel. Avec Grimes, c'était... différent, j'ai presque ressenti le besoin de le faire. J'étais intérieurement contente du moment que nous venions de passer ensemble mais je savais aussi que Grimes avait besoin de quelqu'un de fort et de discipliné à côté de lui, quelqu'un qui sache faire les choses quand il le fallait et qui devait le soutenir ou lui botter le cul pour ne pas lui faire perdre pied. Walsh était un connard incontrôlable certainement prêt à faire la moindre connerie, Dixon était trop peu bavard et ne s'imposait que peu en respectant un peu trop Grimes, les autres ne savaient pas se battre aussi bien que nous. Donc du coup, il ne restait que bibi et je sentais que Grimes allaient bientôt plus que jamais avoir besoin de moi. Il commandait, il assurait la survie de tout le monde et je ne laisserais pas cet homme perdre pied ou se faire dominer par quelqu'un d'autre. S'il voulait maintenir la paix, je serais là pour le faire, s'il voulait déclarer la guerre, je serais en première ligne, la première sur le front et si pour le bouger ou l'empêcher de faire des conneries aussi, je lui rentrerais dans le lard sans hésiter. Un chef a parfois aussi besoin que ses subordonnés lui rappellent pourquoi il commande et pas les autres. Une piqûre de rappel bien connue dans l'armée.


Transmission:
 

DEV NERD GIRL



Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Day 08 - La meilleure façon de prédire l'avenir, est de le créer. (feat Jane Raikes)

Revenir en haut Aller en bas


Day 08 - La meilleure façon de prédire l'avenir, est de le créer. (feat Jane Raikes)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Sujets similaires

-
» Day 08 - La meilleure façon de prédire l'avenir, est de le créer. (feat Jane Raikes)
» Réflexions Pour Une Haïti Meilleure
» Appel a une meilleure distribution des richesses naturelles
» VOTEZ LA MEILLEURE BANNIERE DE PO
» Flore de Clermont - "La raison du plus fort est toujours la meilleure"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead - The MAD Project :: Zones Périphériques :: Dans les Villes & Villages-